Autoportrait avec Daniel Buren
Autoportrait devant le monument Daniel Buren

Un touriste pose. Il regarde l’objectif. Regarde-t-il la culture ?

Se tenant dos au dĂ©cor (qui pourrait ĂȘtre un monument aux morts ou un arc de triomphe, ou peut-ĂȘtre un temple, ou bien une Ă©glise, peu importe) son regard oscille entre bonheur comblĂ© de fiertĂ© dominatrice et impatience haineuse vis-Ă -vis du collĂšgue de voyage qui met trois plombes Ă  enclencher son putain d’appareil alors que le soleil cuirait un steak sur son crĂąne. Mais son corps, en fait de prĂ©sence sur le sol inconnu, est une diversion, car son sourire est dĂ©jĂ  loin dans les contrĂ©es de l’anticipation narcissique. Ce touriste lĂ  s’imagine dĂ©jĂ , tel un NapolĂ©on des temps modernes, portraiturĂ© au mieux de sa forme, bronzage et culture (le monument) assurĂ©s.

SiĂ©geant devant sa conquĂȘte de surface architecturale, ce morceau d’Histoire si simplement annihilĂ©, l’aventurier de la balise pourra enfin dire Ă  ses futurs disciples auxquels il passera le flambeau : J’y Ă©tais.

 

À ce propos, dans le portfolio :

The TaVReler (le tour du monde en 7 jours) – sĂ©rie photo

 

Leave a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.