Installation vidéo avec animation vectorielle – 6m x 3m x3m – 2006

Une tour de 6m de haut au centre de la cour vitrée des Beaux-Arts de Paris. L’entrée de cette tour est basse, si bien qu’on doit se courber pour y entrer. À l’intérieur, un socle de plus de 2m se dresse au centre de la pièce et de son sommet est projeté une vidéo qui illumine le plafond : l’animation d’un schéma coloré qui ressemble à la division cellulaire.

Inspiré d’Aristote qui inscrivait l’homme dans la nature et considérait l’âme partie intégrante du corps, ce schéma représente des rapports d’influence et de pouvoir dans une société dont les groupes sont des formes abstraites et colorées. Formellement inspiré de la division cellulaire, les rapports d’influence dans la société (esprit) sont ainsi mis en parallèle avec le processus actif à l’échelle microscopique (corps).

Dans cette animation, les cellules s’influencent, s’excluent et se dominent et leurs couleurs « contaminent » ainsi les autres.

En écho aux rapports de force sociétaux décrit dans l’animation, cette architecture domine le visiteur à la manière d’un édifice sacré.

Installation in situ, ce monolithe questionne la magnificence démonstrative et potentiellement intimidante de la cour vitrée du palais des études à l’école des Beaux-Arts de Paris.

Dans ce jeu de pouvoir ironique, le visiteur est contraint de courber l’échine pour entrer dans l’architecture, se retrouve face à une stèle plus grande que lui et doit lever les yeux pour observer le miroir synthétique et théorique de la situation humaine.

VOIR LA VIDÉO PROJETÉE AU PLAFOND DE L’ARCHITECTURE

VUE D’EXPOSITION

2006 • Zoon Politikon, palais des études des Beaux-Arts de Paris

STILLS DE LA VIDÉO PROJETÉE AU PLAFOND DE L’ARCHITECTURE