Texte initialement présenté dans l’installation interactive Des Tours de Babel

 

Sans communication possible avec les gens qui m’entourent, je me sens comme un animal de compagnie.

C’est amusant, des fois, car je les observe, je souris et ne pipe mot. Ils m’aiment bien puisqu’ils ne me connaissent pas. Et moi je les aime bien parce qu’ils sont différents et parce qu’ils m’accueillent. Ils pourraient me nourrir aussi, ça pourrait être agréable. Et me promener quelques fois.

Mais il arrive que ma raison revienne au galop : je dois leur avouer la vérité. Je dois leur montrer que je ne suis pas aussi docile que cela.

Alors je tente; et ça les fait rire.

Je reviens me blottir dans ma niche en tentant d’oublier ce dernier affront.

La prochaine fois, je préparerai mon texte.

 


Voir le texte dans son milieu naturel

Des tours de Babel – dispositif interactif

Leave a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *